• Megadrive (SEGA)

    Megadrive

    Megadrive (SEGA) [00 test]Megadrive (SEGA) [00 test]

     

     

     

     

     

    Développeur: SEGA

    Date de 1ère sortie (Japon): 18 octobre 1988

    Date de sortie France: mi-septembre 1989

    Fin de production: 1998

    Génération: Quatrième

    Média: Cartouches

    Type: Console de salon

    Contrôle de jeu: Manette de jeu

    Jeu le plus vendu: Sonic The Hegdehog 2

    Prédécesseur: SG-1000, Master System

    Succèsseurs: Saturn, Dreamcast

     

  • Cool Spot

    [Test #05] Cool Spot (Megadrive)

     

    Bonjour, aujourd'hui, je vais vous présenter un jeu de Megadrive. Le héros de ce jeu? Une (ancienne) mascotte d'une boisson gazeuse (non, je ne vous dirai pas quelle est la marque). Un cercle rouge avec des lunettes de soleil doté de bras et de jambes. Je parle d'un jeu connu sur la Megadrive dont j'ai mentionné le nom dans mon test sur Rocket Knight Adventure: je parle bien sûr de Cool Spot.

    Date de sortie: 1993

    Type: Plates-Formes

     

    Cool Spot est un jeu vidéo ayant une originalité remarquable, c'est ce qui a séduit les gamers de l'époque. Ce jeu était d'abord du commercial en faisant de la publicité pour deux marques. D'habitude, dans mes critiques, je dis: "Quelle est l'histoire de ce jeu", mais comme ce jeu n'a pas vraiment d'histoire bien décrite, à la place je vais dire:

     

    Quel est le but de ce jeu? Le but de ce jeu est de sauver ses congénères à chaque fin de niveaux, pour cela il faudra récolter un certain nombre de bouchons rouges (30 en mode facile, 65 en normal et 90 en difficile). Si on récolte le nombre de bouchons (75 pour être précis), on aura accès à un niveau bonus, où il faudra surtout récolter des lettres formant le mot  "Virgin" (oh, le développeur du jeu, comme c'est bizarre!) à chaque bonus, ces lettres servent de continu. Bien sûr, libre au joueur de choisir entre passer tous les niveaux ou avoir un certain nombre de continus et de points. Le tout avec une certaine durée de temps ce qui occasionne parfois un stress.

     

    Les niveaux de Cool Spot sont variés: on passe de la plage au grenier, de la piscine au bateau... Les niveaux bonus se passent dans une bouteille de 7up... (Oui, le placement de produit se remarque facilement dans ce jeu).

     

    Concernant les attaques, ben, il n'y en a qu'une, claquer des doigts lance une bulle de soda qui peut vaincre les ennemis si on les touche). Les ennemis sont des crustacés en caleçon, des souris en pyjama... Les musiques utilisées dans le jeu sont variées, d'ailleurs, toute personne ayant joué à Cool Spot se souvient de la musique lorsque l'on libère une cage, ou bien celle du niveau bonus. Niveau gameplay, on peut constater que Cool Spot n'est pas facile à manier au niveau des sauts ou de la trajectoire des tirs, on peut facilement se faire toucher par certains ennemis tels que les abeilles dans le niveau deux. 

     

    Cool Spot est un jeu de Megadrive qui est devenu culte sur cette console, ce jeu a fait un bon nombre de ventes. Dommage que la marque en question ait changé sa mascotte. Coup de pub ou véritable jeu de plate-forme, l'opinion est divisée, peut-être les deux. A vous de vous forger votre opinion en jouant à ce jeu.

     

    Quelques captures d'écran commentées:

    [Test #05] Cool Spot (Megadrive)On remarquera le placement de produit dès l'écran titre, normal pour une mascotte.

     

     

     

     

     

     

    [Test #05] Cool Spot (Megadrive)J'ai haï ce niveau qui pour moi était plutôt difficile. Ce n'est pas le meilleur niveau selon moi.

     

     

     

     

     

    [Test #05] Cool Spot (Megadrive)A la fin des niveaux, le nombre de bouchons rouges récoltés servent à gagner une vie si on en a assez ou à acceder au niveau bonus.

     

     

     

     

    [Test #05] Cool Spot (Megadrive)A chaque fin de niveau, on devra sauver ses congénères emprisonnés dans une cage. A la fin du jeu, on aura droit à une cinématique avec eux, on a donc 11 niveaux à passer pour finir le jeu (Note: Je ne me suis pas servi du mot de passe qui permet de sauter un niveau quand j'ai testé ce jeu).

     

     

     

    Les 5 points à critiquer dans un jeu vidéo:


    Graphismes: Les graphismes sont travaillés et détaillés. Les niveaux sont beaux, chaque joueur ne peut qu'être séduit par les graphismes de ce jeu. 16/20

    Jouabilité: La jouabilité est mauvaise, au début, on a du mal à controler Cool Spot, dommage. 12/20

    Durée de vie: 11 niveaux, 6 niveaux bonus, 3 niveaux de difficulté et pourtant, après 6 niveaux, on se rend vite compte que ce sont les mêmes, il y a 2 niveaux sur la plage, 2 sur le bateau, 2 dans le grenier...ce qui fait que 7 niveaux je crois qui ne sont pas les mêmes. Elle est donc faible. 12/20

    Bande-son: Les musiques sont variées et entraînantes, on a de tous les genres. Cependant, les bruitages sont trop présents dans le jeu, on en entend plein sans savoir pourquoi. 13/20

    Scénario: Une pastille rouge qui doit sauver ses congénéres identiques, le tout en récoltant des pastilles rouges. Ce n'est pas très recherché tout ça. note: ça me fait mal d'allumer ce jeu car il mérite une meilleure note, mais bon...) 11/20


    Note finale: 12,8


    votre commentaire
  • Mr.Nutz

     

    Ah la la, Mr.Nutz, un de mes jeux préférés de la Megadrive. Ce jeu à marqué mon enfance. Un héros original, un gameplay génial, un grand succès et pourtant pas de suite. Dommage, car Mr.Nutz était un des jeux qui promettait le plus.

    Date de Sortie: 1993

    Types: Plates formes

     

    Dans ce jeu, Mr.Nutz est un petit écureuil qui parcourt le monde afin d'empêcher un yéti de congeler la planète. En contrôlant cet écureuil, il faudra passer fôret, maison, volcan pour que cette écureuil accomplisse son but. Le tout avec des énigmes et missions qui apparaîtront durant le jeu.

     

    Les années 90... La période ou les sitcoms toutes similaires sortaient, ou dorothée cartonnait avec son club et enfin, la période ou les développeurs de jeux vidéos lançaient pleins de pseudos-mascottes afin de faire concurrence à Mario et Sonic. Mr.Nutz en fait parti dans un jeu ou les graphismes sont très beaux.

    Sérieusement, même le menu en jette un max, bien qu'il ait quelques similitudes avec celui d'un de ses concurrents, oui je parle bien du hérisson bleu. Enfin, passons. On commence le jeu avec d'abord la map qui indique la position, ensuite, nous explorons une forêt, on parcours de nombreux niveaux afin d'affronter le premier boss: Un mélange entre une araignée et un épouvantaille. Faut avouer que les boss étaient pas mal, bien qu'on se demande parfois ce que les développeurs auraient pris pour créer les boss. Vous affonterez donc une araignée, un clown, une pieuvre...

    Mention spéciale pour le géant, ce combat était assez sympathique et original, d'ailleurs, je sais pas pour vous, mais je trouve que le géant à un air de Pavarotti. Ce jeu est très coloré, il est très beau, Que demander de plus? Même l'animation des personnages sont réussies, surtout Mr.Nutz qui en plus à de nombreuses attaques ce qui forme un Gameplay sympathique.

    Les musiques du jeu sont sublimes et très travaillées, dès le premier monde on à nos oreilles qui apprécient la bande-son. Avec ce premier monde, on prend vite le jeu en main.... mais, tout se gâte, on se rend compte dès le second monde que l'on à affaire à un jeu très difficile. On rage souvent devant son écran, on réessaye, réessaye... Puis dès qu'on ai réussi, on est fier de nous. Autre point faible, on se perd facilement dans le jeu, surtout dans le dernier monde. Surtout dans le dernier monde.

    Le dernier monde, un monde peuplé de manchôts et d'esquimaux, dans ce monde, faudra gérer les sauts et surtout les labyrinthes, on s'y perd facilement dans ce niveau. Niveau Gameplay, Mr.Nutz peut vaincre les ennemis en leur sautant sur la tête, en leur donnant un coup de queue ou leur balancer des noisettes. Les passages secrets sont nombreux et biens dissimulés. Le gameplay du jeu possède aussi ses défauts, par exemple, l'écureuil glisse souvent, c'est génant pour les phases de Plate-forme, on tombe souvent dans le vide. Les ennemis sont trop nombreux, il y en à souvent. Dire qu'un deuxième volet qui était prévu à été annulé car les auteurs n'ont pas voulu en sortir un autre.

     

    Mr.Nutz est un jeu crée par deux français en peu de moyens, malgrès un gameplay moyen, le jeu est quand même très très bon.

     

    Les 5 points à critiquer dans un jeu vidéo:

     

    Graphismes: Les graphismes sont très beaux, on s'émerveille facilement devant la beauté des niveaux et des sprites. Pour un jeu fait par deux personnes, ils ont mis la barre très haute. 20/20.

    Jouabilité: Le gameplay est assez bon, on à une palette d'attaques et de mouvements très large et très bien réparties, néanmoins, on à l'impression de contrôler une savonette, Mr.Nutz glisse souvent sur les plateformes, imaginez le calvaire que c'est pour le dernier monde avec les plateformes déjà glacées. 15/20.

    Durée de vie: Malgrès ses cinq ou six niveau, le jeu est assez long, ce temps de jeu est rajouté grâce à sa difficulté énorme et cela à cause des ennemis nombreux qui t'attaquent sans-cesse. 15/20.

    Bande-son: Les musiques sont magnifiques. On est émerveillés dès la première musique, que ce soit celle du menu, le premier niveau, les boss... C'est un plaisir pour nos oreilles. 19/20.

    Scénario: Le scénario est plutôt classique, une gentille mascotte souvent un animal affronte un gros vilain pas beau qui veut détruire le monde mais ça marche. On est direct dans l'atmosphère du jeu. 14/20.

     

    Note Finale: 16,6


    votre commentaire
  • Rocket Knight Adventures

    [Test #02] Rocket Knight Adventure (Megadrive)

    Certains gamers qui possédaient la Sega se souviendront peut-être de ce personnage. On est dans l'époque où pleins d'entreprises se cherchaient une mascotte ayant fait un jeu vidéo tel que Mr Nutz, ou bien Cool Spot chez une marque de boisson gazeuse, ou bien Global Gladiator chez un célèbre Fast Food. Je vais m'attaquer à une "mascotte" qui a fait deux jeux: Rocket Knight Adventure et Sparkster (le nom du personnage étant Sparkster). Je vais m'attaquer à Rocket Knight.

    Date de Sortie: 1993

    Type: Action/ Plates-formes

     

    Dans les années 90, des entreprises essayèrent de lancer leur mascotte, certaines sont cultes telles que Sonic chez Sega, où Crash Bandicoot chez Sony Computer Entertainment. Et d'autres passèrent presque inaperçues telles que Cool Spot où le jeu dont je vais vous parler: Rocket Knight.

    Rocket Knight est malgré tout un des titres de référence de la Megadrive et possède des gameplay originaux. Ainsi, ce jeu connu un succès grâce à son mélange des genres.

    Quelle est l'histoire de ce jeu? L'histoire de ce jeu se déroule au royaume de Zébulos, à mi-chemin entre contrée médiévale et univers Steampunk : les vaisseaux à vapeurs y côtoient les rois, les princesses et les ordres de chevaliers. Le héros: Sparkster, est le chef d'un de ces ordres, les Rocket Knights renommés pour leur utilisation de l'épée et l'utilisation d'un Jetpack au dos de leurs armures. Mais un jour, le royaume voisin de Devotindos envahit ses terres et fait enlever la princesse de Zébulos. Sparkster prend les armes pour la délivrer et se venger d'Axel Gear, un Rocket Knight déchu pour avoir assassiné son ancien maître avant de s'allier  à l'ennemi.

     

    Les mascottes de jeux vidéos étaient souvent des animaux et Sparkster n'échappe pas à la règle puisque c'est un Opossum. Il devra se battre contre une armée de cochons contrôlant plein de robots plus variés les uns que les autres. Certes le jeu peut sembler du déjà vu, mais Rocket Knight possède un gameplay original et des graphismes différents et soignés, chaque personnage possède sa propre couleur. Les actions peuvent ne pas être fluides mais correspondent à l'esprit du jeu. Les décors sont variés, on a donc des niveaux aquatiques, une campagne en flammes, un avion, une ville, un niveau dans la mine...

    La variété est surtout apportée dans les niveaux et les graphismes. Les niveaux sont courts et ont chacun leur types de gameplay. Allant du niveau normal au scrolling automatique (les niveaux avancent seuls et tu dois te dépêcher afin de ne pas perdre une vie). On a plus de niveau de plates-formes étant donné que c'est le type du jeu. Mais par exemple, dans le Level 2, on peut faire le niveau sur deux plans. Le Jetpack est nécéssaire car pour atteindre certains éléments en hauteur par exemple, on doît l'utiliser, on peut aussi accéder à des zones cachées (Bonus) avec celui-ci. Cet outil peut être aussi utilisé comme arme contre certains ennemis. Attention quand même à ne pas rebondir contre un mur et tomber sur un gouffre ou sur un ennemis. Car il  faut calculer un point précis pour réussir ce que l'on comptait faire.

     

    La maniabilité est bien répartie car chaque joueur peut s'en sortir avec un minimum de rigourosité.  Malgré ça, on meurt souvent dans ce jeu. Il faudra donc mémoriser la structure des niveaux afin de mieux s'en sortir. Surtout lors des boss qui sont parfois très difficiles et surtout, les boss sont assez grands. Il faudra donc connaître leur timing et leurs points faibles afin de les vaincre. On pourra également assister à un combat de robots géants que l'on pourra piloter après une course poursuite avec celui d'Axel Gear (d'ailleurs, je ne me souvenais plus trop de ce niveau).

     

    Concernant la musique, chaque personne qui a souvent joué à Rocket Knight s'en souvient. Au début on a des thèmes médiévaux, et à la fin, des thèmes plus sombres. J'ai cru reconnaître une chanson que je chantais en maternelle lors du niveau sur le rail, après les mines. Les bruitages peuvent parfois être mauvais mais créent un univers original au jeu. On ne s'en lasse pas, il faudra compter plusieurs heures pour le finir car il n'y a pas de sauvegardes ou de codes. Il y a aussi un mode appelé Crazy Hard où l'on a qu'une seule vie, aucun continu et où si l'on touche une seule fois l'ennemi, on fait un game over et on doit tout recommencer.

    Comme dit précédemment, Rocket Knight Adventure possède une suite s'appelant Sparkster . Seules différences: dans cette suite, le Jetpack est chargé automatiquement, ce qui fait qu'il y a moins de stratégie avec la charge qu'il fallait maîtriser dans le premier opus. Un jeu Sparkster est également sorti sur NES mais il est complètement différent de la version Megadrive.

     

    Rocket Knight Adventure est un jeu sympathique, à essayer.

     

    Quelques captures d'écran commentées:

    [Test #02] Rocket Knight Adventure (Megadrive)

    Chaque gamer ayant joué à Rocket Knight Adventure se souvient de la musique de ce jeu, en particulier de celle du premier niveau.

     

     

     

     

     

    [Test #02] Rocket Knight Adventure (Megadrive)Les boss sont assez grands. Il faudra observer leurs mouvements afin de perdre un minimum de vie.

     

     

     

     

     

    [Test #02] Rocket Knight Adventure (Megadrive)Sincèrement, je ne me souvenais plus trop de ce combat, je ne sais même plus quelles sont les attaques des ennemis, j'ai réussi à finir ce jeu qu'une seule fois, voir deux.

     

     

     

     

    [Test #02] Rocket Knight Adventure (Megadrive)Encore un jeu où le héros doit sauver sa belle. Mais cependant, Rocket Knight a une originalité dans son gameplay et ses graphismes.

     

     

     

     

     

    Les 5 points à critiquer dans un jeu vidéo:


    Graphismes: Les graphismes sont beaux pour l'époque mais se remarquent surtout dans les niveaux plus variés les uns que les autres. 16/20

    Jouabilité: Il faudra beaucoup de précision pour réussir ce jeu et beaucoup de temps pour maîtriser le Jetpack. La jouabilité est variée avec des contrôles qui changent en fonction des niveaux. 18/20

    Durée de vie: Le mode easy peut être fini en un après midi, cependant, pour voir la vraie fin du jeu, il faudra se tourner vers la mode hard. Pour le mode Crazy Hard (qu'il faudra débloquer), il faut connaître le jeu par coeur. 15/20

    Bande son: Comme je l'ai dit précédemment, chaque personne ayant joué à Rocket Knight Adventure se souvient de sa musique. Les bruitages utilisés font très cartoon. Pour du 16 bits, les musiques sont assez biens, au final, celles-ci trottent bien dans la tête. 17/20

    Scénario: Le scénario est classique: Un héros qui doit sauver sa princesse en combattant les forces ennemies. Cependant on adhère facilement à l'aventure menée par le héros. 12/20


    Note finale: 15,6


    votre commentaire
  • Zombies

    [Test #08] Zombies (Megadrive)

    Bonjour à tous, je reprends mes tests après une longue phase où j'ai du tester des jeux, je suis donc de retour pour critiquer des jeux, bons ou mauvais. Au programme aujourd'hui, de la traque de Zombies, non pas du Resident Evil, mais un jeu de Megadrive, Zombies, qui parle de... Zombies.

    Date de sortie (France): 1993

    Type: Action

     

    Passé plutôt inaperçu en bornes d'arcades, Zombies Ate my Neigbors, sort en console de salon en France en 1993. Renommé Zombies, ce jeu est un classique de la Megadrive, et a connu un bon succès sur cette console.

     

    On a, dès le début, le choix entre deux personnages: Zeke, un garçon aux cheveux blonds fan de film d'horreurs, avec des lunettes 3D et un T-Shirt avec une tête de mort. L'autre personnage est Julie, jeune fille brune avec une casquette. Ces deux adolescents doivent sauver le voisinage d'une invasion de Zombies et autres créatures envoyées par le Dr Tongue. Zombies Ate My Neigbors peut se traduire par "Les zombies mangent mon voisinage". Cependant, on peut se demander si ce sont réellement ses voisins, vu que les niveaux sont variés avec un tas d'endroits tels que des supermarchés, des laboratoires, un desert... Comme le nom du jeu l'indique, des créatures vont essayer de dévorer le voisinage. Vous devrez donc combattre ses créatures tout seul, ou en mode deux joueurs.

     

    Quelle est l'histoire de ce jeu? Comme dit précédemment, des créatures envoyées par le Dr Tongue attaquent le village.  Vous devrez donc les combattre en sauvant le plus de villageois possibles.

     

    Pour finir le jeu, il faudra franchir une large palette de niveaux, je vous conseille de d'abord sauver les villageois, puis ramasser les objets et enfin, quitter le niveau. Une carte et disponible et indique la position des villageois autour de vous. L'issue de sortie du niveau apparaît dès que les villageois ont tous disparus. Soit vous les avez sauvés, soit certains d'entre eux se sont faits dévorer par une créature. Au début du jeu, les niveaux sont simples, mais cela se corse par la suite où survivre sera difficile. Vers la fin du jeu, mieux vaudra fuir plutôt que de faire un game over à cause de ces créatures.

     

    On a une énorme quantité d'armes et d'objets, certains seront rares. Du simple fusil au bazooka, des canettes au crucifix.  Les armes seront très utiles en fonction des situations, en objet, ce sera surtout les clowns qui seront utiles, ils permettent de distraire un ennemi. Le jeu est plutôt original dans le choix des armes, en effet, on aura de la vaisselle, des tomates, des canettes.

     

    Cependant, le jeu n'a pas que des points positifs, tout d'abord, la jouabilité est parfois mauvaise, on a du mal à ramasser certains objets ou personnages. Le changement d'armes aussi est parfois long. Il faudra donc vite prendre le coup de main car certains ennemis s'acharneront sur vous. Mais à la longue, il se prend facilement en main. Vous avez peu de vies mais beaucoup de niveaux à venir, il sera dificille de le finir.  Concernant les créatures, on a un tas de références à des films d'horreurs célèbres.

     

    Zombies est un jeu de Megadrive à essayer absolument.

     

    Quelques captures d'écran commentées:


    [Test #08] Zombies (Megadrive)Vous aurez le choix entre ces deux personnages. ce sera à vous de vous les répartir en mode deux joueurs.

     

     

     

     

     

     

    [Test #08] Zombies (Megadrive)Il faudra sauver tous les villageois avant qu'ils se fassent dévorer, la carte sera très utile pour effectuer cette tâche.

     

     

     

     

    [Test #08] Zombies (Megadrive)A la fin de chaque niveau, un score sera indiqué en fonction des personnes que vous aurez sauvées.

     

     

     

     

     

     

    [Test #08] Zombies (Megadrive)Certains boss comme les bébés géants seront assez simples, d'autres, comme les vers ou le boss de fin seront plutôt difficiles.

     

     

     

     

     

     

    Les cinq points à critiquer dans un jeu vidéo:


    Graphismes: Les graphismes sont très beaux pour l'époque, avec une animation réussie. 17/20

    Jouabilié: Comme je l'ai dit, la jouabilité peut être mauvaise, le fait qu'on soit obliger de passer plusieurs armes pour trouver celle que l'on veut est juste agaçant.. 13/20

    Durée de vie: Le jeu est très long avec plus d'une cinquantaine de niveaux, on perd souvent, heureusement qu'en fin de niveaux, on a un mot de passe. 18/20

    Bande-son: On a une bonne bande-son, cependant, les musiques assez répétitives entrent facilement en tête. 15/20

    Scénario: Le scénario est très banal, il est peu développé. Cependant, le boss de fin est très sympathique à affronter. 14/20

     

    Note Finale: 15,4


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique